Guide pratique de l’élu local

Lors des Assises nationales de la Biodiversité qui se sont tenues à Massy les 7 et 8 octobre 2020, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et les Eco-maires ont présenté le « Guide pratique de l’élu local », publié avec le soutien de l’Office français de la Biodiversité (OFB).

le voici ici : https://ecomaires.files.wordpress.com/2020/10/guide-ecomaires-lpo-version-numerique.pdf


Selon Allain Bougrain Dubourg, Président de la LPO, « l’Etat n’est pas le seul à pouvoir protéger les espaces et les espèces ». Ce guide pratique a pour ambition d’accompagner les élus locaux qui sont en première ligne, avec leurs concitoyens, dans le combat mené contre l’effondrement du tissu vivant. L’objectif est alors de mettre à leur disposition des outils pour la définition d’une stratégie locale et la mise en œuvre de mesures concrètes.


Ce guide pratique comporte onze thèmes d’action, portant notamment sur la préservation du patrimoine naturel, le développement des communes sans artificialisation des sols ou encore une meilleure cohabitation avec la faune sauvage.

Les solutions concrètes proposées s’appuient sur des expériences fructueuses déjà menées dans des communes, qui constituent ainsi de véritables « laboratoires du vivant ».


Parmi celles-ci, on y trouve en Alsace la création d’un comité Biodiversité composé de riverains et d’experts dans la ville de Saint-Louis dans le Haut-Rhin, la désimperméabilisation d’une cour d’école à Strasbourg ainsi que la mise en place d’un programme « Corridors écologiques et micro-habitats » dans la commune de Muttersholtz.


En raison de certaines réactions consécutives à la publication du guide, notamment issues de la Fédération nationale des chasseurs (FNC), l’OFB a tenu à préciser son rôle : si l’établissement public dédié à la sauvegarde de la biodiversité a co-financé cette initiative dans le cadre d’une subvention, il n’en est toutefois pas le co-éditeur.

La FNC s’offusquait tout particulièrement de la recommandation rédigée en ces termes : « Proscrire toute activité portant atteinte à la condition animale : chasse à courre et chasse traditionnelle (type vénerie sous terre) sur les propriétés communales, cirques avec animaux sauvages etc. »


Bien que l’OFB soit contrainte d’apporter ces précisions en vertu du principe de neutralité qui s’impose à elle, il n’en demeure pas moins que l’élaboration de ce guide propose des solutions pratiques aux élus qui ont à cœur de répondre aux enjeux de préservation du vivant.

Une initiative qui est à saluer. Et à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 3 =